Menu
Créer un contenu
vietphattravel.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News débat et opinion /

Le dématérialisé : décryptage et perspectives

News débat et opinion
Le dématérialisé : décryptage et perspectives
Partager sur :

Ces dernières années, l’usage de jeux dématérialisés bat des records, laissant de côté le bon vieux CD-ROM assorti de sa boîte. Chaîne de valeur industrielle allégée, achat facilité, ce processus de dématérialisation donne forme à un modèle économique plus moderne et pragmatique. Perçu comme une concurrence déloyale ou une transition révolutionnaire, il refaçonne les acteurs d’un marché en perpétuelle recherche d’innovation. Décryptage de cette nouvelle technologie qui a de belles années devant elle, dans un secteur où la consommation prime bientôt sur la possession.

Un modèle classique qui s'essouffle


En 2012, dans la revue “Hermès”, Alain Le Diberder, ex-producteur pour Canal Plus et auteur de plusieurs ouvrages sur les jeux vidéo, mentionne un phénomène d’épuisement concernant les modèles classiques de consoles et de jeux. Jusqu’aux années 2000, l’innovation concernant les machines était le maître-mot des processus de création. Puis, les idées nouvelles s’essoufflent, et la croissance qualitative des consoles stagne considérablement.

Les générations de consoles qui se sont succédées tous les six ans environ, depuis 1974 jusqu’en 2000, proposaient à chaque fois un saut qualitatif spectaculaire. Cela n’a pas été le cas avec la dernière génération. Les Xbox 360 et PS3 proposaient certes des frame rates et des résolutions d’écran supérieures à la génération précédente, mais ces progrès n’étaient pas de même ampleur que les précédents. - Alain Le Diberder.

Les nouvelles générations de consoles ne projettent donc plus vers le client cet aspect de progrès et de modernité qui fait qu’il attend son produit avec excitation. À l’époque, c’est la Wii de Nintendo qui battait les records de vente pour son concept novateur. Aujourd’hui, pour les consoles et les PC, le hardware a perdu de son dynamisme novateur et de son inventivité.

Ainsi, il semble qu’il serait temps d’engendrer une transition dans le modèle des matériels de jeu. Alain Le Diberder présage un système “multipolaire”, dans lequel “la boîte de jeu et sa filière de distribution deviennent minoritaires”. Ce pronostic s’est avéré juste. Désormais, l’attention n’est plus seulement monopolisée par la vente de titres physiques “AAA”. Les professions du secteur, et, le marché en général, sont réorganisés. La question est dorénavant de savoir si nous nous dirigeons vers une disparition progressive du matériel physique, ou, vers une cohabitation durable.

Le dématérialisé, au profit du PC ?

Le dématérialisé : décryptage et perspectives
Afin de pallier à la stagnation du secteur vidéoludique, les équipes de Recherche et de Développement focalisent leurs futurs projets sur cette tendance du dématérialisé, source majeure d’innovation. Pourtant, ce système allégé ne fut pas forcément bien accueilli lors de ses débuts. En 2009, la PSP Go de Sony avait abandonné son lecteur UMD pour une mémoire interne de 16 Go. Les possesseurs pouvaient alors acquérir leurs jeux directement depuis le PlayStation Store. La machine se voulait à la fois moderne, légère et plus maniable que ses prédécesseurs. Toutefois, étant donné que les commerçants devinrent exclus de la chaîne industrielle, sa promotion fut particulièrement discrète. Les grandes enseignes, telles que la Fnac ou Micromania, l’ont négligé afin de privilégier les consoles exigeant l’achat de jeux physiques. Au Japon, alors que la PSP avait conquis 20 millions d’adeptes, la Go n’avait quant à elle trouvé que 180 000 acheteurs.

À l’heure actuelle, les jeux dématérialisés trouvent majoritairement leurs acheteurs chez les utilisateurs de PC, d’abord avec l’émergence des plateformes de distribution sur internet. La plus notable est sans conteste Steam, développé par Valve, dont la première version est mise en ligne en 2003. Au cours de l’année 2017, le site réalise un chiffre d’affaires de 4,3 milliards de dollars, contre 3,5 milliards l’année précédente. Au total, on comptabilise 291 millions de joueurs, faisant de la plateforme une pierre angulaire du secteur, pour son ergonomie avantageuse et ses prix cassés. Steam s’attache au Pay to Play, équivalent du modèle physique de vente à l’unité qui représente 64 % du chiffre d’affaires du jeu dématérialisé. Mais il co-existe ailleurs une variété d’autres modèles en ligne, payants ou gratuits, susceptibles de prendre le dessus. Nous pouvons citer l’abonnement payant en ligne, allant de paire avec les MMO2, le Freemium, proposant de jouer gratuitement à un jeu selon certaines contraintes, le streaming payant, offrant un catalogue de jeux en ligne, le Free-to-Play, ou encore, le Pay & Play More.

Internet foisonne donc d’une grande variété de modèles économiques et conserve, pour le moment, la place de leader de l’univers dématérialisé. Au moyen de cet immense marché facilité, les développeurs disposent sans mal leurs titres sur internet. C’est là que peut se trouver le désavantage de ce système amélioré. En 2017, sur Steam, on dénombre 7 696 nouvelles sorties de jeux, faisant concurrence aux 21 406 déjà présents. Ainsi, seuls cent titres représentent la moitié du chiffre d’affaires de la plateforme, engendrant la chute du prix des titres concurrents alors qu’en 2017, le prix moyen d’un jeu vidéo en boîte est en hausse à 42,66 euros (+3,8 %). Et alors qu’en 2008, les utilisateurs de Steam possédaient en moyenne quinze titres dans leur bibliothèque, le chiffre chute à un en fin d’année dernière. Le dématérialisé facilite donc prodigieusement l’accès au marché des développeurs, mais renforce durement la concurrence.

Le dématérialisé : décryptage et perspectives

Le Cloud-Gaming place la barre au-dessus

Équivalent pour les gamers de la vidéo à la demande, le Cloud-Gaming est une technologie permettant de jouer à l’aide de serveurs à distance. Basiquement, il correspond au système populaire du streaming. Mettant à la disposition des utilisateurs un service offrant la possibilité de jouer depuis son PC, son Mac, sa télévision ou encore son smartphone, il entend effacer les frontières entre les consoles et place la barre du dématérialisé un cran encore au-dessus.

De cette façon, le cloud vous permet de jouer à vos titres sur une machine que vous ne possédez pas physiquement, contrairement aux plateformes de distribution en ligne qui requièrent, elles, la possession de cette machine ainsi que l’installation du jeu. De cette façon, plus besoin d’une quelconque carte graphique performante ou de faire de la place sur le disque dur. Il permet également une évolution visuelle constante du jeu, des tarifs préférentiels, et il encourage les développeurs indépendants à se concentrer sur ce circuit en route. Récemment, les géants du monde vidéoludique s’annoncent prêt à franchir le pas du Cloud-Gaming. Dans une interview accordée à IGN, Yves Guillemot, PDG d’Ubisoft, en salue les capacités :

La technologie entre en réalité dans cette direction. Les machines seront plus puissantes et le système pour transférer des données sera plus efficace. Donc, à un moment donné, nous aurons une meilleure expérience en streament quelque chose qu’en ayant le besoin d’acheter une machine et de la changer régulièrement.

Le dématérialisé : décryptage et perspectives
Le design futuriste du Shadow Ghost de Blade.

Des acteurs majeurs du secteur se sont déjà lancés dans le grand bain. Dans la même veine que Playstation Now, Google s’attaque au projet Yeti, qui proposerait au prix d’un abonnement mensuel de jouer en streaming. La start-up parisienne Blade, elle, présente Shadow, un PC mis à disposition dans le cloud permettant de l’utiliser depuis n’importe quelle machine. Dans la même optique, Nvidia met en service le GForce Now, accessible via la Shield TV. Electronic Arts et Microsoft entendent également surfer sur la vague. Phil Spencer, responsable produit de la branche Xbox et supporter du cross-play, espère assister au succès du Cloud-Gaming et évoque son ressenti dans une interview accordée à Boomerang : “L’important ce n’est pas la machine, mais le client”.

Il semble toutefois que les avancées technologiques n’arrivent jamais sans leur lot de contraintes. Afin de profiter des services du Cloud-Gaming, il est primordial de disposer d’une connexion internet suffisamment solide. Sony conseille notamment un débit d’au moins 5 Mo/s. Conséquemment, nombreux sont ceux dans le monde qui ne peuvent pas réellement bénéficier de ces nouveautés. Autre défaut constaté, le système peut générer une latence supplémentaire. En effet, l’utilisateur est susceptible de ressentir un léger décalage dans l’action de son jeu. Pour cause : un certain temps d’attente entre le trajet aller du client au serveur, le décodage de la vidéo et le trajet du retour. Quoi qu’il en soit, les années à venir offrent un temps de manœuvre pour d’éventuelles améliorations et nous pourrions assister à l’émergence du Cloud-Gaming en tant que principal mode de consommation.

Le duel entre physique et dématérialisé en chiffres

Physique ou dématérialisé, le jeu vidéo se porte mieux que jamais. Selon le Syndicat des Éditeurs de Logiciels de Loisirs, le SELL, le chiffre d’affaires des ventes de jeux en France a augmenté de 20 % par rapport à l’année précédente. Et, tandis que les titres physiques ont atteint une croissance de 6 %, les titres dématérialisés ont, eux, explosé à +46 % par rapport à 2016. Depuis la fin de l’année 2013, les plus grosses licences sont toutes distribuées à travers les plateformes digitales sous forme dématérialisées. Pour l’instant, la vente dématérialisée de jeux vidéo pour consoles de salon représente plus de 40 % des recettes des ventes totales. S’ils sont encore en tête sur le marché, les jeux physiques ont bien du soucis à se faire pour l’avenir.

Le dématérialisé : décryptage et perspectives

Source : Données SELL, 2017.

Si l’on se focalise uniquement sur le marché des jeux PC, nous nous rendons compte que l’impact du dématérialisé a bien plus d’ascendant que sur les autres machines, au profit des plateformes de distribution. En 2017, le software connaît un recul d’1 %, majoritairement engendré par une forte baisse des ventes de jeux PC physiques de -14 %. Les jeux dématérialisés pour PC, eux, représentent, fin 2017, 95 % et semblent désormais imbattables, gagnant du terrain à chaque instant.

Le dématérialisé : décryptage et perspectives

Source : Données IDATE, 2017.

Selon les pourcentages fournis par l’iDATE, les estimations présagées pour les années à venir annoncent une croissance constante des jeux vidéo dématérialisés. En 2017, en France uniquement, ils s’élèvent à 2 272,1 millions d’euros et s’emparent de 76,8 % du marché total, hors matériel. D’ici la fin de l’année 2018, ils pourraient atteindre 2,5 milliards d’euros de chiffres d’affaires, puis 2,7 milliards d’euros en 2020. Et, pour en revenir à la part du chiffre d’affaires sur les jeux vidéo pour consoles de salon, le dématérialisé devrait finalement en occuper 67,4 % la même année.

Perspectives d’avenir pour les jeux dématérialisés

Le premier impact visible du dématérialisé s’observe sur la chaîne de valeur de l’industrie du secteur. Tandis que le modèle classique s’appuie sur un trajet studio, éditeur, distributeur, détaillant, joueur, le nouveau système n’implique que le studio et le joueur. En conséquence, grâce au moyen du dématérialisé, les développeurs disposent automatiquement d’une plus large reconnaissance professionnelle et monétaire. En vendant directement leur production au joueur, ils récupèrent alors 100 % de la valeur du produit. Il s’agit d’un véritable fossé par rapport au modèle classique qui ne leur permet de collecter qu’au total 8 % de cette valeur, compte tenu de la main prise par les autres acteurs du marché.

Dès lors, les ressources des éditeurs faiblissent inévitablement, ces derniers devant alors se tourner vers les sorties physiques de titres AAA ou vers les suites de licences populaires. Il est alors nécessaire pour eux d’innover dans le domaine classique afin de pouvoir espérer un succès dès la sortie d’un titre.

Parallèlement, la concurrence entre les titres s’élargit progressivement. Les “casual games” rivalisent avec les gros titres, ces premiers étant désormais facilement accessibles à travers les plateformes en ligne. Les recommandations deviennent alors des facteurs essentiels pour la publicité d’un jeu noyé dans un marché immense. D’une certaine perspective, cet immense panel de choix pourrait appeler à la surconsommation de jeux. L’achat étant facilité, il est plutôt courant qu’un client acquiert un titre sans jamais le tester.

Le dématérialisé : décryptage et perspectives

Une autre conséquence notable s’observe sur le prix des jeux. Dorénavant, ils sont assortis d’une variété d’offres en ligne et d'annonces de reventes de clés, rendant le “prix juste” obsolète. D'ailleurs, 20 % des joueurs de titres dématérialisés auraient déjà eu recours à des sites de reventes de clefs non-officiels. Au-delà des variations de prix, les pratiques illicites se multiplient. Le procédé classique de la copie de jeu et désormais devancé par d’autres tactiques. Nous pouvons citer les serveurs parallèles, le vol de compte de jeu, ou encore, le téléchargement de copies de jeu qui concerne déjà 30 % des joueurs en ligne.

Ainsi, la crise du modèle économique classique du jeu vidéo pourrait profiter aux acteurs premiers du secteur, les développeurs, laissés pour compte jusqu’à présent. Néanmoins, le dématérialisé risque de mettre à mal les commerces de distribution et les vendeurs d'occasions, au profit d'un marché digital colossal de casual games et de titres AAA. Reste désormais aux producteurs de se faire une place dans ce secteur immense en perpétuelle évolution. Le dématérialisé présage la disparition d’acteurs classiques, et l’usage des consoles de jeux facultatif.

Profil de Tiraxa,  vietphattravel.com

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
sebseb5
sebseb5
MP
le 28 oct. à 19:44

15 ans que je n'achète plus une boite, et je pense que ce n'est pas plus mal au final
Plus de boîtes partout, quand je veux un jeux que je n'ai pas à la mez et qu'on est dimanche, j'ai pas besoin de me poser de question, je vais sur gog, steam, fanatical, instant gaming, etc...

et puis bon, revendre ses jeux maintenant n'a pas d'intêrets avec toutes les perma-promotions, je vois pas trop ce qu'on peut y gagner à la revente. Ca avait un intêret quand on achetait un jeux a 60 balle, qu'on le terminait en 3 jours et qu'on le revendait dans la foulée, parcequ'on avait du monde au portillon derrière qui voulait le récupérer moins cher.

Je vois pas comment les boutiques de jv arrivent encore à faire leurs beurres à l'heure actuelle.

On peut à la limite opposer l'argument du "ca ne vous appartient pas". Des plate-formes comme GoG sont sans DRM et il est stipulé que le jeux vous appartient, quoi qu'il en soit.
Quand on va au cinéma, le film ne nous appartient pas et ca gêne personne de mettre 12 euros dans une place de ciné....

Lire la suite...
Nyan2332
Nyan2332
MP
le 13 oct. à 16:23

Comme je le dis souvent : Il faut faire du format physique cet objet de collection qu'on voudrait avoir, misez sur le numérique pour mieux distribuer vos jeux, et faites des jeux physiques et collectors en plus petite quantité mais suffisant pour avoir un beau truc à mettre sur l'étagère.

Du moins, si il y a le jeu dans la version collector hein, on vous a vu en train de mettre des codes Steam dans les versions collec' !

Lire la suite...
Commentaire édité 13 oct., 16:24 par Nyan2332
mrnoobcasual
mrnoobcasual
MP
le 04 oct. à 10:28

Le dématérialisé n'est pas une voie dangereuse pour les joueurs. Elle l'est pour le business model des boutiques spécialisées comme Micromania. :oui:
Elles font une très faible marge sur la vente de consoles en contrepartie les constructeurs de consoles maintiennent longtemps les jeux à plein tarif en dématérialisé ce qui permet aussi à ces boutiques de faire de la marge sur le jeu d'occasion. :-)))
Tout cela va s'écrouler tôt ou tard car ces boutiques ont la concurrence des grandes surfaces qui bradent les jeux vidéos pour les utiliser comme produits d'appel et que les géants du e commerce proposent des prix et une disponibilité que les boutiques ne peuvent concurrencer. :desole:

Lire la suite...
MathDaniels
MathDaniels
MP
le 03 oct. à 02:49

Une chose importante que beaucoup ont l'air d'oublier. Le dématérialisée permet a des éditeurs indépendant de sortir le propre jeu sans devoir payer des fortunes dans des boîtes etc... Steam a permis a BEAUCOUP de jeux indépendants de sortir et de connaître une popularité qu'il n'aurait peut pas eu sans le dématérialisée. The Biding of Isaac, Super Meat et plein d'autres... Ne cracher pas sur le dématérialisée sans le réfléchir. C'est un grand progrès dans l'histoire du jeux vidéo.

Et j'ai oublié un... MINECRAFT ce jeu que vous aimiez ou pas est un putain d'exemple de bonne chose qu'est le dématérialisé !!! Des milliards de vente dématérialisé avant que des versions boîte sortent... Donc stop de cracher sur le dématérialisé.

Et pour les trois du fond, les boîtes ne vont pas disparaître, ils sont bien conscient que les gamers aiment collectionnés.

Lire la suite...
thegreg999
thegreg999
MP
le 02 oct. à 11:39

Le demat oui pourquoi pas tan qu'il est moins cher que le physique.

Lire la suite...
Nassh
Nassh
MP
le 02 oct. à 10:25

J’ai toujours joué sur pc (si on passe outre mes années amstrad cpc6128 et Spectrum a la fin des années 80), et j’ai connu le passage progressif vers la demat.

Honnêtement, dans mon cas, c’est plutôt une bonne chose, vu ma bibliothèque steam et gog, j’aurais dû mal à caser toutes les boites chez moi.

Et c’est vrais que le support cd n’a qu’une durée limitée dans le temps, même si tu en prends bien soin. J’ai même un jeu (daggerfalls pour ne pas le nommer) qui a littéralement explosé dans le lecteur Cd de mon pc. J’ai retrouvé des bouts de plastique un peu partout dans le bureau 😂

Avec la facilité d’achat et les soldes sur les plateformes demat, ma bibliothèque s’est agrandi de façon exponentielle.

Avant, sur pc, on arrivait à jouer à des jeux que l’on avait pas achetés, maintenant, avec la demat, on achète des jeux auxquels on ne jouera jamais... Cherchez l’erreur... 😂😂

Lire la suite...
Yolix25
Yolix25
MP
le 02 oct. à 09:52

moi je préfère le démat, car de 1 je suis certain d'avoir le jeu à vie & de ne pas perdre le cd ou l'abîmé,
de plus comme vous le dites dans l'article, j'achètes des beaucoup de jeux sur des sites de clés, ce qui me fait une sacrée biblio Steam mais comme vous le dites aussi, j'ai énormément de jeux que je n'ai tjs pas lancé..

Concernant le Cloud Gaming là je ne suis pas pour, si c'est comme le psn now(oui bcp me disent que ce n'est pas la mm chose car le psn c du streaming mais le principe est le même) mais la qualité est nul, de plus ils nous faudra 50 abo 1 pour Steam 1 pour Uplay 1 pour Origin 1 pour Gog etc etc etc à la fin ça va revenir très chers, déjà comme ça les pass sont cher: PS+ 8€ PSN 15€ + Xbox Game Pass 10€ + Origin Premium 15€ + le prix des jeux!! le gaming est devenu un luxe, 2 jeux 150/200€,

& le pire c'est que pour les jeux Ubisoft sur Uplay & EA sur Origins, si tu n'as pas le net tu ne sais pas jouer à tes jeux acheter très chers alors que ce sont des jeux 100% solo!! par contre sur Steam pas obligé d'avoir le net pour jouer!! concernant les jeux injouable sans le net, je pense arrêter de les acheter et les prendre en cracké car on me force la main ce n'est pas un choix de ma part, je suis dsl mais je paie pour des jeux solo je ne joue pas en multi & ne pas pouvoir jouer à des jeux que j'ai parfois payé + de 100€ me met hors de moi(je viens d'avoir le cas car travaux ds mon quartier & je n'ai pas pu lancer un jeu Ubi ou EA, je les ai contacté sur le forum & le support mais jamais eu de réponse!!! il n'est marqué nul part que lorsque j'achète un jeu il me faut obligatoirement un co internet!!!)

Bref, très bon article mais qui va diviser les joueurs en 2 catégories ceux qui sont pour & contre le démat & je les comprend ceux qui veulent les boites de jeux, ils ont le droit d'avoir le choix mais on leurs enlèvent cela petit à petit donc on aura bientôt plus le choix c plus cela qui me fait peur!!

Lire la suite...
Mx_a
Mx_a
MP
le 01 oct. à 23:54

De toute façon, maintenant, si on achète un jeu PC en version boîte en magasin, on nous dit derrière la jaquette qu'on est obligés d'installer steam, d'avoir une connexion et d'activer le jeu non ?

Donc à part posséder une boîte physique, il faut passer par ce service et le jeu ne nous appartient pas vraiment...

Lire la suite...
SXIIIGAME
SXIIIGAME
MP
le 01 oct. à 23:36

Le problème c'est qu'il n'est pas possible de revendre les jeux. Moi Ça me permet de pouvoir m'acheter de nouveaux jeux. D'autant plus que les jeux dématérialisés sont plus cher qu'en magasin, souvent 20 euros d'écart ! Donc aucun intérêt pour l'instant.

Lire la suite...
XxDarkSASUKAYx
XxDarkSASUKAYx
MP
le 01 oct. à 21:43

ça doit bien faire 10 ans que je n'achète plus de cd... ça ne sert strictement à rien et il faut se déplacer jusqu'au magasin...

Lire la suite...
Top commentaires
R2D2-23K
R2D2-23K
MP
le 29 sept. à 15:02

Sur PC j'aime mieux le dématérialisé, étrangement c'est le contraire sur console.

Lire la suite...
Ragnamune
Ragnamune
MP
le 29 sept. à 15:10

en meme temps le démat sur pc c'est tellement évident avec les codes d activations qui t empechait de revendre ton jeu...

quand je pense que chaque semaine on n a le top pc sur ce site du SELL qui correspond à 5% des ventes, tellement anecdotique au final ...

Lire la suite...
Boutique
  • Red Dead Redemption 2
    49.90 €
  • Spyro Reignited Trilogy
    30.99 €
  • Console Nintendo Switch avec Joy-Con - rouge néon/bleu néon
    312.00 €
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Diablo Immortal
    IOS - ANDROID
    Vidéo - Bande-annonce
  • Devil May Cry 5
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
vietphattravel.com